Suivi de la santé structurelle d’un pont en béton armé à Andé par instrumentation innovante

L’ouvrage en quelques mots

Le pont 0213D4382 franchissant la Seine entre Andé et Saint-Pierre-du-Vouvray porte une route départementale. Il est constitué de 4 travées isostatiques de 33m de portée en béton armé.

Santé structurelle du pont

Ce pont possède un classement IQOA 2E, il présente donc des désordres se développant rapidement avec un entretien urgent nécessaire. En effet, l’ouvrage est affecté une dégradation du béton sur les talons des poutres principales avec une corrosion des aciers importantes. Les poutres principales présentent également des fissures obliques d’effort tranchant. Les dégradations évoluent depuis la dernière inspection visuelle.

Dès à présent et pendant la phase étude en vue de réaliser des travaux sur ce franchissement de la seine, afin de garantir la sécurité des usagers.

Le département de l’Eure a décidé de mettre en surveillance l’ouvrage pour contrôler les cinétiques d’évolution des désordres par une méthode SHM (Structural Health Monitoring).

Suivi de la santé structurelle d’un pont en béton armé à Andé par instrumentation innovante

En concertation avec le maitre d’ouvrage, Infraneo a proposé un système de monitoring mixte composé d’une surveillance de paramètres globaux (fréquences propres) et locaux (ouverture de fissures).

Instrumentation INFRANEO

Instrumentation : un système de monitoring mixte

En concertation avec le maitre d’ouvrage, Infraneo a proposé un système de monitoring mixte composé d’une surveillance de paramètres globaux (fréquences propres) et locaux (ouverture de fissures).

Chaque travée est ainsi suivie de façon automatique, continue et autonome par le système AD-SIGNUM de Sisgeo. Ce système français innovant permet le suivi de l’évolution de la répartition des fréquences propres de l’ouvrage. En effet, une modification de cette répartition traduit une modification structurelle de l’ouvrage équipé. Après une analyse de l’état actuel de l’ouvrage sur quelques jours, le système AD-SIGNUM détermine la signature vibratoire de l’ouvrage, « sa note », qui est considéré comme son état de départ pour le suivi. Toute évolution significative de cette signature vibratoire   déclenchera une vigilance particulière.

Cette surveillance globale est complétée par un suivi de paramètres locaux, en l’occurrence, la mesure des ouvertures des principales fissures (5) identifiées sur les poutres longitudinales de l’ouvrages. Ce suivi est réalisé par des fissuromètres connectées utilisant le réseau Lorawan autorisant une grande autonomie des appareils.

L’analyse croisée des informations globales et locales va nous permettre d’identifier les cinétiques d’évolutions des pathologies ainsi que leurs origines structurelles.

Les points forts du projet

Le choix de cette solution mixte nous permet donc un accès à la fois aux paramètres globaux et locaux indicateurs de l’état de santé structural de l’ouvrage. De plus, les deux options retenues, AD-SIGNUM de Sisgeo et les fissuromètres Lorawan d’A3IP offrent des solutions autonomes en énergie sur le long terme (10 ans) et communicant pour une observation continue de l’ouvrage et des alertes en cas d’évolution inquiétante. Les données sont accessibles sur une plateforme de supervision.

La mise en place de l’instrumentation a été réalisée grâce à une nacelle négative en moins d’une journée.

Témoignage client : « Le département de l’Eure est particulièrement engagé dans la préservation de ses infrastructures, nous faisons donc appel aux entreprises spécialisées comme Infraneo et Sisgeo pour mettre en place les technologies françaises les plus innovantes afin de préserver les intérêts des usagers tout en assurant leur sécurité » Eric TOMTE, Responsable du service Ouvrage d’Art, Département de l’Eure.


Intervenants :

  • Département de l’Eure : Eric TOMTE
  • Infraneo : Grégory LEBON
  • Sisgeo : Nicolas POITRINEAU

Département de l’Eure